Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La liberté vue de ma fenêtre

La liberté vue de ma fenêtre

Notre liberté individuelle disparaît petit à petit. Mon point de vue par ma fenêtre.

Confinement contraint.

J'ai écouté notre   maître   roi   président. Cette opération de communication est de qualité. Il parle bien. Par exemple, il fait appel à notre responsabilité: En clair, si c'est bon, c'est grâce à lui, si c'est mauvais, c'est parce que nous n'avons pas fait preuve de responsabilité. C'est très clair.

Dans ce contexte de libertés publiques dégradées, il est quand même sympa. Il distribue un maximum de l'argent des autres pour aider ceux qu'il empêche de travailler. Sympa, je vous dis, sauf pour ceux qui vont payer. Qui ? Vous et moi, bien sûr, un jour ou l'autre. Cette question sera abordée plus tard, pendant un autre mandat, si possible.

Bon, passons. Je voulais évoquer le confinement contraint de ceux qui seront officiellement malades. Pardon, testés positifs par des tests avec une efficacité de 70% si j'en crois ce qui est dit dans le poste.

En fait, nous sommes toujours confinés. La chaîne qui nous lie à notre domicile s'allonge, elle passe de 1km à 20km. Youpi. Mais il y a toujours la même chaîne, avec une attestation que je me donne à moi-même, merci. Si nous sommes  reconnus   testés   malades  positifs, nous serons confinés contraint à notre domicile. la longueur de la chaîne sera ramenée à zéro. On rabote notre liberté de déplacement contre une solidarité imposée. Solidarité ? Mais c'est pour notre bien, puisqu'il le dit, m'enfin.

Tout d'abord, si je pensais être infecté, je n'attendrais pas les ordres du président pour me confiner, tout seul, comme un grand. Il semble que le président ne me fasse pas confiance. Je suis peut-être trop petit, ou pas assez intelligent.  Il est  vrai que je n'ai pas fait l'ENA.

Ensuite, si  je pense être infecté et que j'ai besoin de sortir pour un achat essentiel (défini par la loi, évidemment), vais-je informer la sécu que je suis peut-être malade ? Vais-je dénoncer mes petits camarades cas contact pour qu'ils soient eux aussi contraints ?

Oh là, attendez ! Bien sûr que je vais respecter à la lettre la consigne de notre président, bien sûr. Je ne suis pas suffisamment attaché à ma liberté pour déroger à ce point. (Merci à la police de la pensée de prendre note).

Un râleur au mauvais esprit.

A suivre.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article